Propagande : les « citoyens » contre les soins dentaires coûteux

Par Marc ROCHÉ le 20-12-2016

Par Marc Roché, issu du JSOP n°8 décembre 2016

On n’est jamais mieux servi que par soi-même, et c’est ce qu’applique avec un solide enthousiasme la société Santéclair, la filiale d’organismes complémentaires que l’on ne présente plus.

C’est en tant que membre de « l’Observatoire citoyen des restes à charge en santé » (les deux autres membres de cette structure autoproclamée citoyenne étant le Collectif interassociatif sur la santé – CISS – et la revue 60 millions de consommateurs) que Santéclair a commandité une étude sur les réseaux de soins.

Un audit sur les réseaux de soins commandité par un réseau ? Voilà qui promet un suspense insoutenable quant aux résultats !

Est-il vraiment besoin de relayer les chiffres de cette étude tant ils constituent un sommet de propagande et une ode aux réseaux, ces cost-killers des soins de ville ?

Un chiffre quand même : selon l’étude, qui affirme avoir analysé plus de 95 000 (quatre-vingt-quinze mille !) devis reçus par Santéclair, à plan de traitement égal et comparativement aux praticiens hors réseau, les traitements réalisés par les praticiens du réseau sont moins chers de 19%.

Moins chers et, bien sûr, à qualité au moins égale, puisque l’Observatoire vante le principe d’une « Qualité encadrée » supposément en vigueur au sein des réseaux, faite de contrôles a priori et a posteriori.

Comme une provocation, l’Observatoire souligne, par contraste, l’absence d’évaluation de la qualité en pratique de ville hors réseau. Décidément, plus c’est gros, mieux ça passe…

Marc Roché, président de la SOP

FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager avec un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager