Accueil >
Se former
> Formation continue >
new20_small

Etude scanographique des obstacles anatomiques du maxillaire supérieur

Par Norbert Bellaiche le 06-02-2002
Voir tous les articles de cet auteur

Les obstacles anatomiques du maxillaire supérieur sont à éviter soigneusement lors de toute chirurgie. La tomodensitométrie (TDM) ou scanner et ses applications informatiques comme le dentascanner (Dentascan*) et les logiciels préopératoires 3D (type Simplant*) s’avèrent des techniques de choix pour leur étude dans le cadre de tout bilan préopératoire.

Les obstacles anatomiques du maxillaire supérieur sont à éviter soigneusement lors de toute chirurgie. La tomodensitométrie (TDM) ou scanner et ses applications informatiques comme le dentascanner (Dentascan*) et les logiciels préopératoires 3D (type Simplant*) s’avèrent des techniques de choix pour leur étude dans le cadre de tout bilan préopératoire.

1- Les sinus présentent des variantes anatomiques et des aspects pathologiques.
Fig 2
Fig 3

* Normalement, les sinus sont des cavités aériques parfaitement “noires”, cernées par une paroi osseuse dense (blanche) et fine, et tapissées en dedans pa rune muqueuse très fine non visible habituellement.
 
* Les variantes du normal sont les suivantes :

  • sinus hypoplasiques (Fig 2), de façon souvent unilatérale, la cavité de petite taille surmontant un volume osseux important, même en zone édentée ;
  • il peut s’agir de sinus hyperplasiques ou hyperpneumatisés, surmontant un volume osseux réduit, même en zone dentée ;
  • sinus cloisonnés(Fig 3), rendant parfois possible une implantation dans la cloison.
Fig 4

* Les aspects pathologiques sont les suivants :

Fig 5I
  • sinus procidents (Fig 4), notamment en cas d’édentement ancien, le sinus s’évaginant en bas et en avant, participant à l‘atrophie de l’os alvéolaire sous‑jacent ; 
     
  • sinus inflammatoire : se traduisant par l’épaississement de la muqueuse sinusienne, pouvant présenter un aspect en cadre, polypoïde (polype : Fig 4) ou varié; sinusite d’origine infectieuse et/ou allergique dont les causes dentaires sont fréquentes, notamment en ce qui concerne les sinusites unilatérales. Les causes dentaires sont dominées par le kyste ou le granulome apico-dentaire sous‑jacent, ayant rompu le plancher sinusien et envahi la muqueuse et la cavité sinusienne (Fig 5)

Fig 6

Fig 7
3. Le canal palatin antérieur peut aussi constituer un obstacle en cas d’édentement d’une incisive centrale 

Ce canal tend alors à se développer d’avantage du coté de l’édentement, participant à l’atrophie du procès alvéolaire (Fig 11).
Fig 8
Fig 9
5. Les autres obstacles sont moins spécifiques

* Dent incluse, surtout canine (Fig 14) ou sagesse ;
Fig 9 bis
Fig 10
2. Les fosses nasales peuvent être aussi un obstacle en cas d’atrophie osseuse sous-jacente

Elles peuvent être aussi le siège de pathologie inflammatoire (rhinite) ou tumorale (épithélioma naso-sinusien) (Fig 10).
Fig 11
3. Le canal palatin antérieur peut aussi constituer un obstacle en cas d’édentement d’une incisive centrale 

Ce canal tend alors à se développer d’avantage du coté de l’édentement, participant à l’atrophie du procès alvéolaire (Fig 11).
Fig 12
Enfin l’éventualité d’ kyste naso-palatin (fissuraire, ou globulo-maxillaire) peut rendre toute intervention impossible (Fig 12).
Fig 13
4. Si les apophyses pterygo-palato-maxillaires sont choisies comme site implantaire,

les obstacles anatomiques que constituent l’artère palatine postérieure , l’artère maxillaire et sa branche collatérale alvéolaire postéro-supérieure sont à repérer sur les images scanographiques (fig.13) et à éviter autant que possible en orientant l’implantation selon un axe oblique en haut en arrière et en dedans, idéalement simulé sur ordinateur à l’aide du logiciel Simplant*.
Fig 14
5. Les autres obstacles sont moins spécifiques

* Dent incluse, surtout canine (Fig 14) ou sagesse ;
Fig 15
* Rétrécissement à mi-hauteur du procès alvéolaire (Fig 15)
CONCLUSION :  

L’étude précise des obstacles anatomiques des maxillaires est au mieux réalisée par le scanner et les logiciels d’exploration 3D (type Simplant* ou autre).


BIBLIOGRAPHIE

1) Bellaïche N. Missika P. La Tomodensitométrie dans le bilan pré-opératoire en Implantologie Orale. Information Dentaire, 1991, 32:268189.

2) Bellaïche N. Doyon D. La Tomodensitométrie en Implantologie Orale. Journal de Radiologie, 1992, 73 (1):23-33.

3) Bellaïche N. Giorno T-M. Implantologie Orale assistée par Ordinateur. Implantodontie. 1996, (20):25-39.

4) Bellaïche N. Le logiciel Simplant*: la simulation implantaire au cabinet du praticien. Prothèse Dentaire, 1997, (129):25-30.

5) Bellaïche N. Imaging in Oral Implantology : in Implants and Restorative Dentistry, édité par Gérard.M. Scortecci Carl.E.Misch et Klaus-U.Benner, Martin Dunitz Ed., London, 2001.

6) Creps G. : Apport de la tomodensitométrie à l’étude des obstacles anatomiques des maxillaires et ses implications en Implantologie Orale, Mémoire pour le D.U d’Implantologie Orale, Université Paris XII, 2000.

7) Goudot P, Nivert P, Dubruille JM, Benoist M. Etude anato-radiologique des maxillaires de l’édenté en vue de la mise en place d’implants. Act ondoto-Stomatol 1990 ; 172 : 651-661

8) Michaels, Sonick J, Abrahams RA, fuiella. A comparison of the accuracy of periapical, panoramic & computerized tomographic radiographs in locating the mandibular canal. Int J Oral Maxillofac Implants 1994 ; 9 :455-460.

9) Renouard F, Tulasne JF. Risque anatomique en chirurgie implantaire. Réalités cliniques 1992 ; 3(3) :311-325.

10) Rothman S-L-G, Chaftez N, Rhodes M-L, Schwartz M-S. CT in the preoperative assessment of the mandible and the maxilla for endosseous Implant Surgery. Radiology, 1988, 168:171-5.

11) Rosenfeld A-L, Mecall R-A. The use of interactive Computed Tomography to Predict the Esthetic and Functional Demands of Implant-Supported Prostheses. Compendium, 1996, 17(12):1125-44.
FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire