Accueil >
Se former
> Formation continue >
new170_small

Options thérapeutiques face à une insuffisance osseuse transversale incisivo-canine – 2ème partie

Par Raphaël Bettach le 31-01-2004
Voir tous les articles de cet auteur

Après l’étude préimplantaire décrite ci-dessus, il peut arriver dêtre confronté à l’impossibilité pour le praticien de valider la possibilité de réalisation d’une prothèse implanto portée en accord avec les désirs du patient.

Présentation d’une série d’expanseurs
III- Options thérapeutiques face à une insuffisance osseuse transversale incisivo-canine.

Après l’étude préimplantaire décrite ci-dessus, il peut arriver dêtre confronté à l’impossibilité pour le praticien de valider la possibilité de réalisation d’une prothèse implanto portée en accord avec les désirs du patient. Il va alors proposer au patient, soit d’abandonner l’option implantaire et le diriger vers des réhabilitations prothétiques conventionnelles, soit de s’entêter dans l’indication implantire mais cette fois, en réalisant des aménagements osseux lui permettant d’aborder la mise en place d’implants dentaires plus sereinement

A- L’expansion de crête Cette technique a été décrite par Bruschi et Scipioni 1990). Elle concerne les cas où la hauteur d’os est suffisante mais où l’épaisseur se situe entre 3 et 5 mm. La mise en place d’un implant conventionnel semble alors impossible, mais cela est sans compter avec le potentiel d’élasticité que possède l’os surtout au maxillaire antérieur. Cette technique consiste donc en l’augmentation d’épaisseur de la crête osseuse sans rajout de matériau ou d’os.

Technique chirurgicale Après incision et décollement des lambeaux vestibulaires et palatin au niveau du site d’implantation, un premier forage à la fraise boule est réalisé afin de traverser la corticale. Ensuite on introduit dans cet avant trou un foret de 2 mm de diamètre jusqu’à la longueur de travail. Des ostéotomes spécifiques ou expanseurs , de diamètre croissants, sont alors introduits dans ce trou. Ils vont alors écarter les corticales en jouant sur leur potentiel d’élasticité. Cette expansion de crête doit s’arrêter lorsque le diamètre obtenu est légèrement inférieur à celui de l’implant à mettre en place.   Limites de cette technique Seule la zone antérieure au maxillaire permet d’obtenir un bon taux de succès, car elle est celle qui possède le meilleur taux d’élasticité. Si l’expansion désirée est trop importante, nous prenons le risque de fracturer la table externe et donc de nous retrouver dans une situation d’échec total.
Lésion osseuse après extraction de 21
Mise en place d’une membrane vicryl
Cas clinique (Dr Raphaël BETTACH) M. A, âgé de 25 ans se présente pour un problème récurrent d’infection au niveau de la 21. La taille de la lésion endodontique au niveau apical ne permettait pas de conserver la dent. Il a donc été décidé de l’extraire et de poser une membrane Vicryl afin de permettre une meilleure cicatrisation osseuse tant en hauteur qu’en épaisseur. La mise en place de l’implant a du être effectuée par la suite à l’aide de la technique d’expansion de crête à l’aide des ostéotomes 3I.
Réouverture à 6 mois
Expansion de crête à l’ostéotome

Mise en place de l'implant

Spires à nu lors de la mise en place de l’implant
Mise en place d’une membrane titane fixée par des clous
Retrait de la membrane à trois mois
Tissu ostéoïde néoformé. Essayage de l’armature or sur la 12
Couronne céramique remplaçant la 12
Implant non totalement enfoui dans l’Os
Membrane de PTFE-e fixée par 2 vis
Cas clinique des Drs Gardella et Renouard 1999 Exemple de régénération osseuse guidée à l’aide d’une membrane PTFE-e fixée par deux vis
Dépose de la membrane à 7 mois
FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire