Accueil >
Se former
> Formation continue >
new44_small

Remplacement d’une incisive centrale, le tout-céramique

Par Ronan Couture le 06-02-2002
Voir tous les articles de cet auteur

Présentation du cas. Patient de 45 ans présentant une incisive centrale gauche perdue pour des raisons parodontales il y a 4 mois. La prothèse provisoire est assurée par le collage d’une dent en résine sur les dents voisines. Il est aujourd’hui demandeur d’une prothèse esthétique et non mutilante pour les dents voisines.

Cas initial.
Dent provisoire collée sur les dents proximales.
Présentation du cas

Patient de 45 ans présentant une incisive centrale gauche perdue pour des raisons parodontales il y a 4 mois.

La prothèse provisoire est assurée par le collage d’une dent en résine sur les dents voisines.

Il est aujourd’hui demandeur d’une prothèse esthétique et non mutilante pour les dents voisines.
Le scanner montre une perte osseuse imposant une greffe osseuse préliminaire.
Le scanner montre une perte osseuse imposant une greffe osseuse préliminaire.

L’examen clinique montre un bon état général de la denture. Le patient présente une occlusion favorable : " bout à bout ".
 
" La dentisterie du 21° siècle" se dirige vers une demande esthétique, une biocompatibilité des matériaux et des restaurations de moins en moins mutilantes. Il est possible à l’heure actuelle de faire " beau, biocompatible et de respecter au maximum les tissus dentaires. "


Les différentes possibilités thérapeutiques :

  • La prothèse adjointe partielle ne correspond pas aux exigences du patient (amovibilité, encombrement).
  • Le bridge céramo-métallique traditionnel impose une mutilation importante des dents piliers pulpées.
  • Le bridge collé avec ailettes en métal est une solution non mutilante, mais elle ne donne pas entière satisfaction (présence de métal en bouche, altération éventuelle de la teinte des dents piliers).
  • L’implant, s’il est possible est la solution de choix.
La gencive est désépithélialisée au niveau de l’inter et la pied de la dent provisoire est raccourci.

L’inflammation ainsi créée induit la prolifération d’une gencive kératinisée.
La solution implantaire jugée trop longue est refusée.

Notre décision thérapeutique se porte vers un système de bridge collé tout céramique à ailettes.

Le bridge collé tout céramique :

L'IPS Empress2 est composé d’une vitrocéramique élaborée à partir d’un lingotin pressé pour la confection de l’armature, et de poudre de vitrocéramique frittée servant à réaliser la partie cosmétique.

Les restaurations Empress2 sont réalisées par le procédé de la cire perdue, l’armature est réalisée en cire sur le modèle, mis en revêtement et pressée.


Réalisation clinique :

Aménagement des tissus mous

C’est une des conditions de l’intégration esthétique. Il est réalisé au stade de la dent provisoire.

Seules les faces palatines des dents piliers seront traitées.
Seules les faces palatines des dents piliers seront traitées.
Préparation des piliers

Vue palatine : on observe le matériau d’armature.
Vue vestibulaire.
Après évaporation à l’air libre du silane, on dépose une couche d’adhésif (Syntac SC, Vivadent) qui est soufflé et photopolymérisé.
Nettoyage des dents piliers avec de la chlorhexidine.
L’émail et de la dentine sont mordancés pendant 15 secondes à l’aide d’un gel d’acide phosphorique puis rincés pendant 20 secondes.
Un adhésif amélo-dentinaire (Syntac SC, Vivadent) est utilisé : la première couche est photopolymérisée et la deuxième couche est déposée non photopolymérisée avant le collage.
Mordançage de l’intrados des ailettes à l’acide fluorhydrique (Porcelaine-etch, Ultradent) pendant 4 mn. Rincage et séchage.
Un silane (Monobond-S , Vivadent) est appliqué.
Résultat final un mois après la pose, le maquillage de la céramique a été realisé en fonction du caractère fumeur du patient.

Réalisation prothètique: Laboratoire NATUREL IDM, ( Alain LECARDONNEL), PARIS.

Résultat final un mois après la pose, le maquillage de la céramique a été realisé en fonction du caractère fumeur du patient.

Réalisation prothètique: Laboratoire NATUREL IDM, ( Alain LECARDONNEL), PARIS.

Après évaporation à l’air libre du silane, on dépose une couche d’adhésif (Syntac SC, Vivadent) qui est soufflé et photopolymérisé.
Le collage est réalisé ici à l’aide du composite de collage dual Variolink II.

Ce type de restauration répond aux nouvelles exigences des patients : esthétique, moindre mutilation et biocompatibilité.
FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire