Accueil >
Se former
> Formation continue >
new148_small

Restauration antérieure en composite. La technique des trois couches

Par Bruno Bachelard le 11-11-2002
Voir tous les articles de cet auteur

La restauration antérieure par composite en une séance constitue toujours un challenge pour le praticien. Pour obtenir une reconstitution proche de la dent naturelle, il faut reconstituer le tissu émail par un composite émail et le tissu dentine par un composite dentine.

Situation clinique initiale. La restauration sur la 12 doit être remplacée pour des raisons esthétiques.
La restauration antérieure par composite en une séance constitue toujours un challenge pour le praticien.

Pour obtenir une reconstitution proche de la dent naturelle, il faut reconstituer le tissu émail par un composite émail et le tissu dentine par un composite dentine.

C'est la technique de stratification qui permet, au moyen de trois couches de composites d'obtenir un résultat esthétique optimal et reproductible.

A l'heure actuelle, les nouveaux composites présentent des teintes dentine et des teintes émail. L'émail se situe en palatin, vestibulaire et proximal. La dentine représente le corps de la dent.
Afin de faciliter le reconstitution de la paroi palatine et de réduire les retouches d'occlusion, nous réalisons une clé en silicone.
Afin de faciliter le reconstitution de la paroi palatine et de réduire les retouches d'occlusion, nous réalisons une clé en silicone.
Dépose de l'ancienne restauration composite à l'aide d'une fraise à gros grain et création d'un biseau à la périphérie de la cavité.
Le biseau ainsi réalisé permettra d'avoir une épaisseur suffisante de composite à la jonction cavité-dent afin d'assurer une transition invisible avec le composite.

Pose de la digue et vérification de la non-interférence sur le repositionnement de la clé en silicone.
Pose de la digue et vérification de la non-interférence sur le repositionnement de la clé en silicone.

Choix de la teinte :

Il s'effectue avant la pose de la digue. Il faut privilégier les marques qui proposent deux teintiers (dentine et émail) dont les échantillons sont réalisés avec les matériaux de restauration.

  • Masse dentine: le choix de la teinte dentine s'effectue dans la région cervicale. A cet endroit, il y a amincissement, voire disparition de l'émail.
  • Masse émail: le choix de la teinte émail s'effectue au niveau du bord incisif.

Après avoir sélectionné les masses dentine et émail, la superposition des échantillons permet de vérifier que le choix est correct.


Une matrice transparente est mise en place.
Vérification de nouveau du bon positionnement de la clé qui emprisonne la matrice.
Deuxième couche :

cette couche reconstitue l'essentiel de la cavité avec le composite dentine. C'est le corps de la dent. C'est cette masse dentine qui donnera la teinte de la restauration.

Puis c'est la photopolymérisation.


Troisième couche :

réalisation de la paroi proximale et de la face vestibulaire.

Mise en place du composite émail au dessus de la couche dentine. La matrice transparente est mise en place et maintenue pendant la photopolymérisation.
L'émail est mordancé pendant 30 secondes, la dentine 15 secondes.

La matrice est laissée en place pendant le mordançage afin de protéger la dent voisine.
Rinçage du gel de mordançage pendant 30 secondes.

Le séchage est modéré. Les surfaces doivent rester légèrement humide.
Conclusion :

En suivant un protocole bien codifié, ces résultats qui conduisent à une intégration naturelle du matériau doivent être reproductibles.
Application de l'adhésif et photopolymérisation.
Les 3 étapes de la technique de stratification

Première couche :

Application du composite émail guidée par la clé en silicone. C'est la couche profonde reconstituant la paroi palatine.

La clé permet d'obtenir d'emblée une morphologie palatine quasiment parfaite.

Le composite est photopolymérisé.
Deuxième couche :

cette couche reconstitue l'essentiel de la cavité avec le composite dentine. C'est le corps de la dent. C'est cette masse dentine qui donnera la teinte de la restauration.

Puis c'est la photopolymérisation.


Troisième couche :

réalisation de la paroi proximale et de la face vestibulaire.

Mise en place du composite émail au dessus de la couche dentine. La matrice transparente est mise en place et maintenue pendant la photopolymérisation.
Vue après finition et polissage.
Résultat clinique après dépose de la digue.
Finition : elle doit se faire sous loupes afin d'éliminer soigneusement les excès de composite.

Polissage : Il doit toujours s'effectuer du composite vers la dent.
Vue palatine.
Conclusion :

En suivant un protocole bien codifié, ces résultats qui conduisent à une intégration naturelle du matériau doivent être reproductibles.
FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire