Accueil >
Se former
> Formation continue >
new162_small

Traitement d’une édentation complète au maxillaire inférieur

Par Franck Sebban le 06-02-2002
Voir tous les articles de cet auteur

Madame C .66 ans souhaite corriger l’aspect inesthétique de sa denture. Elle se plaint de douleurs diffuses , de gingivorragies, et de mobilités dentaires. L’ état de santé général est bon.

L'examen endobuccal révèle l'absence de 17-16-15-26-27-36-37, de nombreuse caries, des lésions parodontales profondes et généralisées. La profondeur des poches est de 8 mm ou plus. On observe des suppurations et des gingivorragies sur la plupart des dents restantes.
L'examen endobuccal révèle l'absence de 17-16-15-26-27-36-37, de nombreuse caries, des lésions parodontales profondes et généralisées. La profondeur des poches est de 8 mm ou plus. On observe des suppurations et des gingivorragies sur la plupart des dents restantes.
Madame C .66 ans souhaite corriger l'aspect inesthétique de sa denture. Elle se plaint de douleurs diffuses , de gingivorragies, et de mobilités dentaires.

L'état de santé général est bon.
L'examen endobuccal révèle l'absence de 17-16-15-26-27-36-37, de nombreuse caries, des lésions parodontales profondes et généralisées. La profondeur des poches est de 8 mm ou plus. On observe des suppurations et des gingivorragies sur la plupart des dents restantes.
Le bilan long cône et la radiographie panoramique confirme l' examen clinique : alvéolyses généralisées , images périapicales pathologiques sur 35-33-32-45-47, lésions interadiculaires sur 46-47.
Le bilan long cône et la radiographie panoramique confirme l' examen clinique : alvéolyses généralisées , images périapicales pathologiques sur 35-33-32-45-47, lésions interadiculaires sur 46-47.
Le bridge antérieur ne satisfait plus la patiente sur les plans esthétique et fonctionnel.

Le dentascan permet d'évaluer le volume osseux au maxillaire inférieur. Nous décidons finalement de réaliser une prothèse transvissée sur 5 implants au maxillaire inférieur face à une prothèse adjointe complète traditionnelle au maxillaire supérieur. Le manque de place nous autorise seulement 5 implants, solution que nous jugeons acceptable du fait de la longueur des implants( 13 et 16 mm) et du type de reconstruction de l' arcade antagoniste.
Le dentascan permet d'évaluer le volume osseux au maxillaire inférieur. Nous décidons finalement de réaliser une prothèse transvissée sur 5 implants au maxillaire inférieur face à une prothèse adjointe complète traditionnelle au maxillaire supérieur. Le manque de place nous autorise seulement 5 implants, solution que nous jugeons acceptable du fait de la longueur des implants( 13 et 16 mm) et du type de reconstruction de l' arcade antagoniste.
Les différentes possibilités thérapeutiques sont alors envisagées :

1-Traitement ultra-conservateur avec des soins parodontaux , endodontiques, permettant la réalisation d'une prothèse mixte mais avec un pronostic difficile à établir.

2- Traitement radical : extractions de toutes les dents restantes et réalisation de prothèses adjointes complètes. La crête supérieure présente un volume satisfaisant compatible avec la rétention et la stabilisation d'une prothèse adjointe complète ; à l'opposé , la crête inférieure sera , après résorption des dents restantes fine, résorbée et ne permettra pas d'assurer un support correct de la prothèse mandibulaire.

3- La patiente nous fait part de ses craintes concernant la stabilité de la prothèse mandibulaire et nous lui proposons de réaliser :
- soit une prothèse adjointe complète mandibulaire stabilisée par une barre de conjonction sur 2 implants ;
- soit une prothèse sur implants ,de type BRANEMARK , ou prothèse sur pilotis ; 6 implants sont placés entre les trous mentonniers sur lesquels une prothèse est transvissée ; cette prothèse comporte 12 dents (de 36 à 46) montées sur une armature transvissée sur les piliers transgingivaux . Des extensions sont présentes de part et d'autre des implants les plus distaux.

Les extractions sont réalisées sous anesthésie locale après avoir récliné un lambeau de pleine épaisseur . Les alvéoles sont soigneusement curetées.
Les extractions sont réalisées sous anesthésie locale après avoir récliné un lambeau de pleine épaisseur . Les alvéoles sont soigneusement curetées.
Les tissus sont suturés bord à bord afin d'obtenir une cicatrisation de première intention.
Mise en place des prothèses immédiates transitoires le jour des extractions.
Mise en place des prothèses immédiates transitoires le jour des extractions.
Six semaines après les extractions, des lambeaux de pleine épaisseur sont soulevés de façon à repérer les orifices d' émergence des trous mentonniers, le forage est effectué et 5 implants screw-vent® sont posés entre les trous mentonniers.
Contrôle radiographique de la mise en place des implants.
Mise en fonction à quatre mois et contrôle de l'ostéointégration
Mise en fonction à quatre mois et contrôle de l'ostéointégration
Mise en fonction à quatre mois et contrôle de l'ostéointégration
Après deux semaines de maturation tissulaire, le traitement prothétique implantaire peut commencer par la mise en place des TSI (bagues transépithéliales vissées dans le filetage interne de l'implant) dont la hauteur est déterminée par la nécessité de placer les limites de la prothèse en position supragingivale.
Les transferts d'empreinte sont mis en place sur les TSI et l'empreinte est prise avec des silicones réticulants par addition : au maxillaire supérieur, on utilise une pâte à l'oxyde de zinc-eugénol.
Les transferts d'empreinte sont mis en place sur les TSI et l'empreinte est prise avec des silicones réticulants par addition : au maxillaire supérieur, on utilise une pâte à l'oxyde de zinc-eugénol.
Les transferts d'empreinte sont mis en place sur les TSI et l'empreinte est prise avec des silicones réticulants par addition : au maxillaire supérieur, on utilise une pâte à l'oxyde de zinc-eugénol.
Enregistrement du rapport intermaxillaire, essayage esthétique et fonctionnel.
Enregistrement du rapport intermaxillaire, essayage esthétique et fonctionnel.
L'armature du bridge (en nickel-chrome) est réalisée en fonction du positionnement des dents lors de l'essayage précédent. La longueur des extensions est fonction de la forme de l'arcade et ne doit en aucun cas excéder 15 mm.
L'armature du bridge (en nickel-chrome) est réalisée en fonction du positionnement des dents lors de l'essayage précédent. La longueur des extensions est fonction de la forme de l'arcade et ne doit en aucun cas excéder 15 mm.
L'armature du bridge (en nickel-chrome) est réalisée en fonction du positionnement des dents lors de l'essayage précédent. La longueur des extensions est fonction de la forme de l'arcade et ne doit en aucun cas excéder 15 mm.
Essayage et vérification de l'adaptation passive de l'armature. contrôle radiographique de l'assemblage prothétique.
Essayage et vérification de l'adaptation passive de l'armature. contrôle radiographique de l'assemblage prothétique.
Les dents prothétiques sont mises en place avec une clé de positionnement et la prothèse est mise en moufle pour polymérisation.
Mise en place des prothèses. Les vis sont serrées à 30 N/cm. L'équilibration occlusale est réalisée ainsi que l'explication des techniques d'hygiène spécifiques.
Mise en place des prothèses. Les vis sont serrées à 30 N/cm. L'équilibration occlusale est réalisée ainsi que l'explication des techniques d'hygiène spécifiques.
La patiente est satisfaite de la réussite esthétique et fonctionnelle du traitement. Ce cas clinique illustre bien l'utilisation simple et efficace de l'implantologie venant au secours d'un mauvais pronostic de prothèse adjointe complète mandibulaire.
La patiente est satisfaite de la réussite esthétique et fonctionnelle du traitement. Ce cas clinique illustre bien l'utilisation simple et efficace de l'implantologie venant au secours d'un mauvais pronostic de prothèse adjointe complète mandibulaire.
FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire