Accueil >
Se former
> Paroles d'experts >
Extraction-implantation

Extraction-implantation immédiate en zone esthétique : le billet de synthèse de Michel Abbou

Par Michel Abbou le 15-11-2016
Voir tous les articles de cet auteur

abbou synthes EII 01

Bien-sûr que le choix de notre 1er thème – EII en zone esthétique – n’avait rien d’innocent et n’était pas fait pour recueillir encensement et unanimité. Comme l’ont souligné certains commentaires et avis d’experts, c’est un sujet sensible, récurrent et générateur de controverses. Il ressort néanmoins – et c’est un progrès notoire – que ces dernières ne portent plus sur la validité de la technique comme c’était le cas à la fin des années 80, mais sur les indications et les protocoles d’une part, ainsi que sur le devenir des restaurations à long terme d’autre part. Ainsi, notamment en zone esthétique, les critères de succès doivent être encore plus drastiques, bien au-delà de la simple survie fonctionnelle asymptomatique (1). Il n’est pas envisagé de polémiquer sur les paramètres praticiens-dépendants et patients-dépendants, et chacun d’entre nous reste finalement seul juge et acteur en la matière pour ses patients en demande de soins. Cependant, il nous incombe de prendre en compte l’évolution des paradigmes dans ce domaine notamment en termes de moyens à mettre en œuvre pour des critères de succès plus élaborés aujourd’hui en zone esthétique (2, 3).

En tout état de cause et pour chaque cas clinique, les vraies questions à poser (et à exposer au patient dans le cadre d’un consentement éclairé) sont :

a/ Quelles sont les alternatives thérapeutiques ? Et ces dernières sont-elles plus sûres en termes de mise en œuvre, de sécurité et de résultat (à court, moyen et long terme) ?

b/ Qu’aimerais-je me voir proposé… « En tant que patient, sachant-ce-que-je-sais-à-titre-de-praticien-bien-informé sur la question » ?

Pour ma part, étant tombé dans la marmite de cette technique dès le milieu des années 80, je reconnais que j’y ai recours sûrement plus volontiers et plus fréquemment que la moyenne des praticiens en exercice. Il n’en demeure pas moins que j’en reconnais – comme les commentateurs experts – la délicatesse d’évaluation et d’exécution, incitant donc au discernement des bonnes indications et au bon respect des règles de réalisation.

En réponse aux questions évoquées dans certains commentaires sur le cas présenté à titre d’illustration de mon 1er billet, j’apporte les précisions suivantes :

– Date d’exécution EII-MEI de la 11: 20-01-2016, suite à urgence traumatique (fracture radiculaire) ;
– Protocole chirurgical Flapless / biotype gingival idem à l’initial, conservé ici sans technique additionnelle à type de greffe gingivale, mais avec comblement osseux vestibulaire ;
– Photo du résultat final: jour de la pose prothétique: 21-06-2016.
– Je pense en conscience avoir mis en œuvre le meilleur de la technique disponible à ce jour, dans un contexte clinique délicat mais très favorable sur le plan technique ;
– Je pense avoir obtenu un résultat qui m’aurait bien convenu en tant que patient ;
– Le vécu thérapeutique de la patiente s’est bien déroulé, avec aucune interruption – ni perturbation – de sa vie sociale pendant le traitement ;
– Je n’appréhende guère le futur de cette restauration (couronne zircone-céramique transvissée sur implant spiralé Alpha Bio-Tec posé immédiatement après extraction de la dent sous couverture antibiotique).
– Enfin, s’il importe de savoir agir vite et bien, surtout en zone esthétique, il ne faut pas négliger les risques d’évolution tissulaire environnementale avec le temps; l’inflation de ces derniers peut largement être limitée par l’instauration d’un suivi prophylactique professionnel à l’instar de nos traitements parodontaux et prothétiques conservateurs (4).

Fort d’un recul personnel de près de 30 ans en la matière, j’avoue ne pas rencontrer plus de déboires avec la technique d’EII qu’avec celle de l’implantation différée ou tardive d’une part, et encore moins comparativement aux options alternatives plus conventionnelles (bridges, PAP…). C’est d’ailleurs une transition opportune pour le thème de mon prochain billet qui, je l’espère, suscitera autant d’intérêt et commentaires de la part de mes consœurs et confrères en quête de forums cliniques professionnels de qualité.

Merci encore et à bientôt !

FicheAuteur

Article écrit par Michel Abbou
– Membre de l’Association Française d’Implantologie
– Fondateur et directeur scientifique de SICTmieux depuis 2013.

Ses formations

Références bibliographiques

(1) Urs C. Belser, Bruno Schmid, Frank Higginbottom, Daniel Buser
Outcome Analysis of Implant Restorations Located in the Anterior Maxilla: A Review of the Recent Literature
INT J ORAL MAXILLOFAC IMPLANTS, 2004; 19(SUPPL):30–42

(2) Michel Abbou
New Sensations with Latest Implant Generations Allowing High Performance Strategies in Oral Implantology.
PERIODONTICS AND PROSTHODONTICS JOURNAL, 2016; 2(36) – Accepted for publication – Free access online to the PDF version

(3) Tiziano Testori, Francesca Bianchi, Massimo Del Fabbro, Matteo Capelli, Francesco Zuffetti, Ignazio Berlucchi, Silvio Taschieri, Luca Francetti, Roberto Ludovico Weinstein
Implant Aesthetic Score for Evaluating the Outcome: Immediate Loading in the Aesthetic zone
PRACTICAL PROCEDURES AESTHETIC DENTISTRY, 2005; 173(3): A-H

(4) Michel Abbou
L’incisive centrale en implantologie – Apport de l’imagerie 3D.
DENTAL TRIBUNE, Edition Française, Janvier 2015: 30

FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire