Accueil >
S'informer
> Actualités >
vignette

L’impact de la féminisation de la profession de dentiste

Actualité Par La Médicale le 13-03-2018

A l’heure où les femmes sont devenues majoritaires parmi les étudiants et les jeunes générations de chirurgiens-dentistes, se pose la question de la féminisation d’une profession jusqu’alors très nettement masculine… Avec à la clé d’éventuelles conséquences sur les modalités d’exercice professionnel.

En 2030, un chirurgien-dentiste sur deux devrait être… une femme. Rien d’étonnant, puisqu’en première année, plus de six étudiants sur dix sont déjà des étudiantes. Une évolution qui ressemble pourtant plus à une révolution, dans une profession où les hommes étaient jusqu’alors prépondérants.

La courbe va donc s’inverser très rapidement, et la gent féminine devenir majoritaire parmi les quelque 42 821 chirurgiens-dentistes dénombrés en 2017. En clair, et nonobstant une évolution du numerus clausus, les 19 078 praticiennes (44,55%) qui, selon l’Ordre national des chirurgiens-dentistes (ONCD), exerçaient en France en 2017, vont prochainement voir leur nombre augmenter et dépasser leurs 23 743 confrères (55,55%).

 

Un rajeunissement de la profession

Une évolution inéluctable au regard de la démographie, puisque l’âge moyen des « chirurgiennes-dentistes » n’est que de de 44,3 ans, contre 50,2 ans pour leurs homologues masculins (53,2 ans en Corse, 51,5 ans en région Centre, 51,4 ans en Basse-Normandie, 51,3 ans en Ile-de-France et dans le Limousin, 51 ans en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur).

Des chiffres d’autant plus parlants que, sur l’ensemble du territoire, l’âge moyen de la profession est de 47,3 ans, et que la différence entre l’âge moyen des praticiens et des praticiennes est a minima de cinq ans au profit de ces dernières. La féminisation de la profession est donc synonyme de rajeunissement.

 

Timide percée du salariat

Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), la féminisation des diplômés n’aurait cependant quasiment aucun impact sur le nombre, et donc la densité de chirurgiens-dentistes à l’horizon 2030, car cette évolution se répercuterait dans des proportions identiques parmi les libéraux et parmi les salariés.

Les auteurs des études de la DREES « Les chirurgiens-dentistes en France : situation démographique et analyse des comportements en 2006 » et « La démographie des chirurgiens-dentistes à l’horizon 2030 : un exercice de projection au niveau national », considèrent en revanche que cette féminisation se traduira par « une timide percée du salariat », les femmes exerçant plus facilement « dans un hôpital, un centre de santé (centres de santé dentaire, dispensaires polyvalents, centres de soins médicaux)*, un organisme de Sécurité sociale, dans l’enseignement et la recherche, ou encore comme collaboratrice dans le cabinet d’un confrère ».

 

Plus de 87% de libéraux

Un choix de carrière qui se traduirait aussi, à terme, par une mobilité moins forte vers le secteur libéral, puisque « les femmes s’avèrent relativement moins enclines à se réorienter vers l’exercice en cabinet libéral que leurs homologues masculins » estiment Marc Collet et Daniel Sicart, les auteurs des études de la DREES. En 2017, 37,24% des chirurgiens-dentistes étaient des libérales et 50,20% des libéraux.

L’exercice demeurera néanmoins majoritairement libéral. Un constat logique puisqu’en 2017, quelque 12% seulement des praticiens avaient fait le choix du salariat et plus de 87% avaient opté pour un exercice libéral (91,5 % en 2006). Mais qu’elles exercent en libéral ou comme salariées, les femmes présentent « une propension plus forte que les hommes à cesser leur activité entre 60 et 64 ans ».

D’où une interrogation pour la prise en charge à venir des patients… La féminisation de la profession de chirurgien-dentiste pose donc la question de l’opportunité d’augmenter le numerus clausus et d’accroître les structures propices à l’exercice salarié.


*Evain, Amar, 2006 ; Aïach, Cèbe, Cresson, Philippe, 2001 ; mentionné dans l’étude de la Drees N°594 (septembre 2007) : Les chirurgiens-dentistes en France, Situation démographique et analyse des comportements en 2006.

Cet article vous est proposé par La Médicale.

FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager avec un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager