Accueil >
S'informer
> Actualités >
Vignettes-Site-Hypersensibilite-dentinaire

Prévenir et traiter l’hypersensibilité dentinaire

Produit Par Marc Watts le 30-06-2021

L’hypersensibilité dentinaire, un « petit problème » bien réel

Bien qu’elle ne constitue pas un problème de santé majeur, l’hypersensibilité dentinaire (HSD) est une cause d’inconfort suffisamment importante pour susciter depuis des décennies l’intérêt de la profession et de ses partenaires industriels.

 

On ne reviendra pas sur les causes largement décrites de l’HSD, ni sur les multiples stratégies de prise en charge parmi lesquelles l’obturation des tubuli dentinaires tient une place de choix. De nombreuses solutions ont été proposées afin d’atteindre les buts de cette technique et notamment :
• Obturer rapidement les tubuli
• Obturer durablement les tubuli
• Ne pas agresser les prolongements odontoblastiques ou la pulpe dentaire
• Ne pas modifier négativement l’aspect des surfaces traitées

 

Même si l’objectif final de ce traitement est de parvenir à l’obturation durable des tubuli, il est utile d’associer plusieurs mécanismes d’action différents afin de répondre plus efficacement et plus rapidement à la demande de soulagement exprimée par les patients. Même fugace et sans danger pour la santé, l’HSD est une cause d’inconfort réelle qui appelle une réponse aussi rapide que possible.

 

Parmi les traitements efficaces de l’HSD, ceux capables d’améliorer simultanément l’état des surfaces dentinaires et amélaires présentent un avantage supplémentaire. Ils ont ainsi toutes les qualités requises pour satisfaire de nombreux patients et par voie de conséquence les praticiens qui les soignent.

 

L’intérêt d’un gel multi-action

C’est en partant des constats qui précèdent que le Gel Relief® ACP a été formulé. Proposé aujourd’hui par Philips Zoom, Relief® ACP est basé sur l’association de :
5% de nitrate de potassium
0,22% de fluorure de sodium
0,375% de Phosphate de Calcium Amorphe (ACP)

 

Comme évoqué précédemment, cette association d’actifs vise à soulager l’HSD par des actions complémentaires :
Le Nitrate de Potassium, agent désensibilisant bien connu, permet d’apporter une réponse symptomatique immédiate aux douleurs de l’HSD. Il agirait en inhibant la transmission de l’influx nerveux au niveau des terminaisons nerveuses en relation avec les odontoblastes.
• Le fluorure de sodium, apporte son action protectrice bien connue contre la carie mais joue également un rôle dans la reminéralisation des surfaces dentaires notamment en se liant aux ions calcium et phosphate apportés par l’ACP.
• Le Phosphate de Calcium Amorphe (ACP) permet donc l’enrichissement intra-oral rapide en ions calcium et phosphate responsables de la formation d’une nouvelle couche d’hydroxyapatite. Ce dépôt d’hydroxyapatite et de fluoroapatite permet de soulager à long terme l’HSD par obturation des tubuli ouverts. Il permet également de « réparer » les surfaces d’émail et de dentine.

 

Pour une performance optimale, Relief® ACP est présenté en seringue à double corps qui sépare le calcium et le phosphate jusqu’à leur application.

 

Indications et mode d’utilisation

Grâce à sa composition et à son conditionnement pratique, le gel Relief® ACP peut répondre à de nombreuses situations cliniques où l’HSD est fréquemment rencontrée telles que les recessions gingivales et les expositions des racines, quelle qu’en soit la cause, notamment après un détartrage ou un surfaçage radiculaire. La pertinence de cette utilisation du Relief® ACP a été confirmé par une étude clinique(1) qui a montré que l’application séquentielle de solutions contenant du calcium et du phosphate pouvait entrainer la formation de phosphate de calcium amorphe in situ diminuant plus rapidement et plus efficacement l’hypersensibilité qu’un traitement placebo.

 

Le mécanisme d’action de l’ACP a par ailleurs été précisé in vitro par l’observation au Microscope Electronique à Balayage de dépôts à l’intérieur des tubuli sur des échantillons de dentine traités avec Relief® ACP(2). La plupart des tubuli semblaient complètement obturés par ces dépôts qui n’étaient pas observés dans les échantillons contrôles.

 

Figure1-Dentine-traitée-HSB

 

Dans ces indications, le praticien demandera au patient d’utiliser Relief® ACP immédiatement avant ou après le détartrage ou le surfaçage radiculaire en le plaçant dans des gouttières ou en l’appliquant directement sur les dents pendant 15 minutes.

 

De plus, et bien que les mécanismes de la sensibilité ne soient pas identiques, le Relief® ACP a montré qu’il était capable de prévenir et réduire également la sensibilité liée aux traitements d’éclaircissement. Dans ces indications, le Relief® ACP est appliqué :
• Immédiatement avant le traitement d’éclaircissement en cabinet, en plaçant le gel dans les gouttières utilisées pour l’éclaircissement, ou en l’appliquant directement sur les dents pendant 15 minutes.
• Puis à nouveau immédiatement après le traitement, en cabinet ou en ambulatoire, toujours en plaçant le gel dans les gouttières utilisées pour l’éclaircissement, ou en l’appliquant directement sur les dents pendant 15 minutes.

 

Au-delà de la réduction des sensibilités souvent associées aux traitements d’éclaircissement, Relief® ACP présente une action positive sur les surfaces traitées. Une étude(3) in vitro a en effet montré qu’il pouvait restaurer la dureté superficielle d’échantillons dentaires ayant vu leur dureté significativement diminuée après 6 cycles de traitement par le peroxyde de carbamide à 15%. Après 3 cycles d’application de Relief® ACP, la dureté des échantillons traités avait retrouvé sa valeur initiale.

 

Intérêt de l’adjonction de nitrate de potassium, fluorure de sodium et ACP dans des gels d’éclaircissement

Puisque cette association a montré son intérêt dans l’accompagnement des traitements d’éclaircissement, il était logique qu’elle puisse être intégrée directement dans la formulation de certains gels d’éclaircissement afin d’en améliorer le confort et l’efficacité. C’est le cas des gels tels que le DayWhite ou le NiteWhite proposés par Philips Zoom.

 

Diverses études ont confirmé que le nitrate de potassium, le fluorure de sodium et l’ACP sont non seulement compatibles avec les gels d’éclaircissement à base de peroxyde d’hydrogène ou de peroxyde de carbamide mais qu’ils pouvaient leur conférer des propriétés reminéralisantes. C’est ainsi qu’il a été montré in vitro(4) que l’adjonction de calcium et de phosphate dans des gels éclaircissants n’entrainait pas de modifications de l’émail superficiel et de la dureté de la dentine alors que des gels de blanchiment conventionnels dépourvus d’agents reminéralisants entrainaient des diminutions de la dureté superficielle de l’émail et de la dentine ainsi que des changements morphologiques de la structure dentaire.

 

Figure2-Gel-HSB

 

Toujours in vitro, une autre étude(5) a montré que les agents de blanchiment contenant du fluor réduisaient considérablement la sensibilité des surfaces d’émail à l’initiation et à la progression de lésions carieuses par rapport aux contrôles.

Enfin, plusieurs études cliniques ont complété ces résultats obtenus au laboratoire. Ainsi, une étude(6) de Giniger et al. a comparé le gel Philips Zoom NiteWhite ACP et une formule NiteWhite sans ACP. Toutes deux contenant du peroxyde de carbamide à 16%. Ce travail a permis de constater que les patients utilisant NiteWhite avec ACP présentaient significativement moins d’hypersensibilité pendant et après le traitement. De plus, la présence d’ACP n’affectait pas les résultats du blanchiment.

 

Dans un second article(7), les mêmes auteurs ont démontré que la formule à base de peroxyde de carbamide à 16% avec ajout d’ACP permettait d’atteindre une efficacité d’éclaircissement à long terme (six mois) supérieure de 10% à celle du gel d’éclaircissement traditionnel sans ACP. Cette étude a également permis de démontrer la sécurité d’emploi à long terme du produit dans la mesure où aucune réaction gingivale indésirable ni autres effets n’ont été observés après 90 et 180 jours.

 

Figure3-Teinte-Dentaire

 

L’intérêt et la sécurité d’utilisation d’un gel reminéralisant tel que le Relief® ACP et de gels d’éclaircissement tels que DayWhite et NiteWhite contenant du nitrate de potassium, du fluorure de sodium et de l’ACP sont donc parfaitement démontrés. Ils constituent à ce titre des solutions possibles pour la prise en charge ou la prévention des douleurs liées à l’HSD ou associées aux traitements d’éclaircissement dentaire.

 

Références bibliographiques

(1) Geiger S, Matalon S, Blasbalg J, Tung MS, Eichmiller FC. – The clinical effect of Amorphous Calcium Phosphate (ACP) on root surface hypersensitivity.
Operative Dentistry, 2003, 28-5, 496-500.

(2) Li Y, Lu H, Zhang W, Hou J, Devaraj A. – Effect of Relief® ACP on dentin microhardness and surface morphology.
J Dent Res 86 (Spec Iss A), 1776, 2007.

(3) Ochiai K, Sung EC, Chung J, Caputo AA. – Effect of remineralizing agents on enamel microhardness after bleaching.
J Dent Res 86 (Spec Iss A), 2007.

(4) Pinheiro HB, Cardoso PEC. – Influence of five home whitening gels and a remineralizing gel on the enamel and dentin ultrastructure and hardness.
Am J Dent 2011;24:131-137.

(5) Hicks J and Flaitz C. – Effects of whitening agents with ACP-fluoride and potassium nitrate-fluoride on in vitro enamel caries initiation and progression.
J Dent Res 86 (Spec Iss A), 0497, 2007.

(6) Giniger M, Macdonald J, Ziemba S, Felix H. – The clinical performance of professionally dispensed bleaching gel with added amorphous calcium phosphate.
J Am Dent Assoc 2005 Mar ; 136 (3) : 383-92. doi : 10.14219 / jada.archive.2005.0181.

(7) Giniger M1, Spaid M1, MacDonald J2, Felix H2. – A 180-day clinical investigation of the tooth whitening efficacy of a bleaching gel with added amorphous calcium phosphate.
J Clin Dent 1611-16, 2005.

 

FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager avec un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager