Accueil >
Se former
> Formation continue >
Vignette-Site-Formation-2-B-Boublil.psd

La microchirurgie endodontique sur dent antérieure

Par Benjamin BOUBLIL le 23-09-2020
Voir tous les articles de cet auteur

 

 

Micro-chirurgie endodontique

 

Cette chirurgie permet d’éviter de déposer une prothèse qui donne satisfaction sur le plan esthétique.

Prenons l’exemple de cette 21, sensible à la percussion. La patiente est très satisfaite de sa couronne, faite il y a 15 ans, et ne veut pas la changer. L’indication de chirurgie est donc posée.

Les examens radiologiques montrent :

• Au scanner,  une  lésion apicale (5 sur 6 mm) avec une fénestration corticale, de l’os vestibulaire sur toute la hauteur de la racine et, nous sommes à bonne distance du canal naso-palatin et du plancher des fosses nasales.
• À la 2D, on a une racine d’environ 10 mm et une petite perte d’attache bilatérale. Ces deux points auront une importance pour le choix du tracé d’incision.
• À l’intérieur de la racine, on note la présence d’un tenon fibré et de la gutta dans les derniers mm. On a  suffisamment de hauteur pour réséquer 2 à 3 mm apicaux et  retro-préparer jusqu’au tenon.

Compte tenu de la quantité suffisante de gencive attachée et des gencives légèrement inflammatoires, je vais opter pour une incision sous-marginale. L’alternative risquerai de dégénérer en récession gingivale post opératoire. Ensuite, décollement du lambeau mucco-périosté, et dissection du tissu fibreux, à la lame, autour de la lésion. Une fois libéré, nous pouvons finir le décollement. On retrouve la fenestration qui était visible au scanner. Nous commençons à débrider à la fraise boule, montée sur une pièce à main pour garantir l’accès à la lésion. Puis, curetage minutieux du tissu de granulation.

 

Pour la résection, je vais utiliser un contre angle bague rouge chirurgical angulé à 45° de chez NSK et une fraise fine de chez Komet, qui existe en deux longueurs.

 

Notez une obturation apicale absolument pas étanche, qui justifie la lésion.

 

Je vais maintenant colorer la zone au bleu de méthylène, qui met en évidence le desmodonte, les bactéries et les sorties canalaires. Et je vais gérer le saignement avec de l’Astringident.

 

Passons à la rétro préparation, dont les principes sont les mêmes que pour la reprise de traitement. J’utilise un insert diamanté angulé de 6 mm de chez Acteon alternativement avec et sans eau.

 

À plus fort grossissement. On voit le tenon fibré, il reste un petit peu de gutta en mésial, que je vais éliminer assez facilement. Comme pour le traitement orthograde, on va irriguer, ici à la chlorhexidine et finir le nettoyage avec XP Endo Finisher de chez FKG. On sèche.

 

Voilà la retro préparation prête pour l’obturation. Je vais utiliser une combinaison de deux biocéramiques : un ciment fluide et un putty. C’est beaucoup plus facile à utiliser que le MTA. On injecte le ciment au fond de la prépa, en excès, et on tasse différents incréments de putty. On rince. Là, il y a un petit excès en palatin. Le matériau se nettoie très facilement, sans pour autant s’éliminer. C’est un gros avantage par rapport au MTA.

 

On referme. J’utilise ici du vicryl 6.0. C’est un lambeau qui est très simple à suturer.

 

FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire