Accueil >
Se former
> Formation continue >
vignette_facebook

Tuto Prothèse #2 – La dimension verticale d’occlusion

Par Christophe Rignon-bret le 26-02-2019
Voir tous les articles de cet auteur

L’enregistrement du rapport maxillo-mandibulaire permet de transférer sur l’articulateur la position de la mandibule par rapport au maxillaire. La position spatiale de la mandibule est définie par trois paramètres interdépendants : deux paramètres horizontaux, la position sagittale de la mandibule et la calage latéral, et un paramètre vertical : la dimension verticale d’occlusion (DVO). La DVO est définie comme la distance qui sépare le point nasal du point gnathion en position d’occlusion d’intercuspidation maximale.

La détermination de la dimension verticale d’occlusion (DVO) ne peut se faire que sur un patient calme et détendu. La qualité de la relation praticien-patient prend ici toute son importance. Cet état de relâchement est éventuellement recherché par des exercices simples de relaxation, ou par des exercices musculaires visant à fatiguer la musculature oro-faciale.

Le patient étant assis, le buste droit, la tête verticale, sans appui, dans une situation posturale équilibrée, diverses techniques sont alors employées pour déterminer la DVO. Son évaluation correcte, dans un intervalle limité, est un élément essentiel de la réussite du traitement et il est important de vérifier cette évaluation par plusieurs techniques différentes.

Deux repères sont placés sur le bout du nez et sur la pointe du menton. La dimension verticale est mesurée entre ces deux points. Plusieurs techniques de mesure de la DVO existent. Le plus souvent, la dimension verticale de repos physiologique (DVRP) est évaluée. À cette mesure, on déduit l’espace libre d’inocclusion physiologique (ELIP) pour obtenir la DVO (DVO=DVRP-ELIP). Pour évaluer la DVRP, nous utilisons les tests suivants : mesure au repos patient détendu, mesure au repos après avoir fatigué les muscles masticateurs (bâillements, grande ouverture prolongée, rire…), mesure après déglutition, mesure entre les chiffres comptés, mesure lors de la phase terminale d’expiration… L’essentiel est que ces mesures se recoupent. On en déduit alors la DVO.

À suivre prochainement : la suite de l’enregistrement du rapport maxillo-mandibulaire dans le tuto n°3. 
► En attentant, vous pouvez revoir le premier épisode du Tuto Prothèse


POUR ALLER PLUS LOIN
Ne manquez pas la formation pour le traitement de l’édentement complet sous la direction de Christophe Rignon-Bret.

FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager à un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager

Envoyer un commentaire