Accueil >
S'informer
> Actualités >
vignette

Hygiène de la langue et halitose

Actualité Par Jean-Marc Dersot le 26-11-2018

Dans nos sociétés économiquement développées, le souci contemporain est, pour de multiples raisons, de maîtriser voire d’effacer les odeurs corporelles. Nous sommes devenus odoriphobes, c’est-à-dire hypersensibles à certains effluves jugés mauvais, et donc décidés à leur donner, non plus ”une petite claque”, mais un grand coup de balai.

La mauvaise haleine est un problème tabou qui peut se manifester aussi bien dans le milieu professionnel que dans le cadre familial et constituer alors un véritable handicap social. Plutôt que d’aborder le problème lorsque nous sommes confrontés à une telle situation, nous préférons prendre une distance de sécurité.

Si l’intérêt s’est porté, depuis plusieurs décennies, sur la mauvaise haleine, il n’est pas qu’un effet de mode ou le reflet de la recherche incessante de nouveaux gisements pour doper les ventes de l’industrie pharmaceutique. En effet, cela fait plus de 40 ans que des articles scientifiques concernant l’étiologie de la mauvaise haleine paraissent régulièrement dans la littérature professionnelle. La compréhension des éléments participant à l’apparition de cette situation est aujourd’hui suffisamment précise pour expliquer l’étiologie de la mauvaise haleine et, puisque dans la grande majorité des cas, elle est d’origine buccale, il est évident que les diagnostics étiologique et différentiel sont dans les compétences du praticien et que la prise en charge de ce problème doit être faite au cabinet dentaire.

Sur 100 patients qui viennent à une consultation pour la mauvaise haleine, 23 sont halitophobiques et disent souffrir de mauvaise haleine alors qu’il n’en est rien. Si l’on met de côté les origines ORL (6) et digestives (1), 70 ont une halitose d’origine buccale et se répartissent en 1/3 avec une gingivite, 1/3 avec une parodontite et 1/3 avec un enduit lingual dont un des objectifs du traitement sera de le désorganiser mécaniquement et chimiquement.


Par Jean-Marc DERSOT, DCD, Docteur d’Université
Parodontie – Chirurgie Buccale et Implantaire exclusivement

Cette vidéo vous est proposée par Philips Sonicare.

FavoriteLoadingAjouter aux favoris Partager avec un ami
Voter
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
Partager